Mal dans sa peau ?

Publié le
Publié dans Massage, Réflexions
« Je me trouve trop gros, on me trouve trop vieux, je ne suis pas assez musclé, je ne m’aime pas…»
Que ce soit pour un massage purement de bien-être ou un massage à visée thérapeutique (mal-être, douleurs, blocages, etc..), plus des 3/4 de mes patients se plaignent de leur physique.
Cet article va remettre en perspective les causes physiques supposées de mal-être.
Notamment l’âge, la condition physique et le surpoids qui sont les principales causes de plaintes chez nos contemporains.

 « J’ai un peu honte de moi…»

Les hommes comme les femmes se reprochent les mêmes choses.

Cela m’a surpris, j’aurais pensé à une époque que les femmes se trouveraient trop grosses et les hommes pas assez musclés par exemple. Mais en fait il n’y a pas de différence, ces réflexions sont l’expression d’un mal-être, fort ou léger, mais qui donne une image négative de soi-même à des personnes qui ne le devraient pas.
Mon article précédent sur les trois corps vous a donné des pistes pour comprendre le déséquilibre qu’il peut y avoir entre le corps physique réel et le corps émotionnel, qui représente en grande partie l’image que vous avez de votre corps et votre relation au monde à travers lui.
Bien sûr, pour une personne saine, ayant un rapport non déformé par un traumatisme ou une psychose, il y a une correspondance entre les deux. Quelqu’un se trouvant trop gros ou trop maigre le fait sur la base d’un corps physique qui sera effectivement enveloppé ou mince. Mais ce qui compte ici c’est l’appréciation de son corps, et souvent, les défauts sont accentués de façon artificielle par la relation de la personne avec son entourage et les canons de normalité véhiculés par la société dans laquelle elle vit et les gens qu’elle y côtoie.

De qui vais-je parler dans cet article ?

Je parle des personnes qui ne souffrent pas de maladie physique ou psychique, et qui s’illusionnent négativement sur leur corps. Un obèse souffre à juste titre, et il ne me viendrait pas à l’idée de lui dire que son surpoids n’est qu’illusoire.

Être bienveillant avec soi-même.

Beaucoup de gens sont un peu enrobés, cela ne nuit pas à leur aspect physique général. D’autres se trouvent trop vieux simplement parce qu’ils ont dépassé un âge “limite” qu’ils s’étaient fixés plus jeune, ou vivent dans un milieu sans pitié pour les plus de 30 ans, de 40, ou toute autre limite arbitraire. Certains se trouvent peu musclés parce qu’ils ne font pas de sport, ne s’en sentent pas le courage souvent par méconnaissance de la bonne pratique et du spectre de la souffrance et du temps à y consacrer. Ils ne ressemblent pas à l’image d’acteurs ou d’athlètes qui éveillent leur fantasmes et trouvent que ces physiques sont de toutes façons inaccessibles.

Je dis cela sans aucun jugement. À titre d’exemple personnel, je trouve très sain et agréable de fantasmer sur des corps de sportifs ou de danseurs. Mais je sais que je ne leur ressemble pas, parce que je ne suis pas assez mince, et même si je dispose d’une bonne musculature développée par des années d’arts martiaux je ne suis pas Schwarzenegger. Cela ne me peine pas. Je m’aime bien ainsi car je continue de ressentir la chaleur et le froid, le plaisir du goût, de l’odorat, de la vue, de la musique, et je continue aussi à ressentir la sensualité, l’amour et la joie. J’avoue que je fais quand même un petit régime de temps en temps quand la gourmandise m’a un peu trop alourdi, mais à mon âge, je continue de paraître assez jeune et suis encore souple, fort et rapide.

Parlons aussi de l’âge justement. Il n’est jamais trop tard pour aimer et être aimé, et si le corps vieilli, si son aspect est moins lisse que dans sa jeunesse, il reste toujours capable d’être ému et d’émouvoir. L’âge est le reflet du temps passé et on ne peut y faire grand chose, mais comme pour l’embonpoint, une vie saine et de l’exercice permettra de pallier la disgrâce qui pourrait les accompagner.

Que faire ? Du Sport ?

Si les choses peuvent être changées, alors il faut le faire. Mais il faut le faire pour les bonnes raisons, et les bonnes raisons sont celles qui nous rendent heureux et rendent les autres heureux sans se sacrifier pour eux, ni se sacrifier à une image qui ne serait pas nous-même. Il ne s’agit pas non plus de se donner de faux prétextes pour ne rien faire. Un corps sain permet d’être plus à l’aise et l’esprit s’y meut avec plus de fluidité, sans peines ni hontes. Mens sana in corpore sano fonctionne dans les deux sens, l’un induisant l’autre.

L’activité physique est de toutes façons excellente. Elle va raffermir les muscles, faire mincir et redonner la capacité d’éprouver du plaisir physique en améliorant la libido et la sexualité. Mais il faut y aller doucement, sans se dire qu’on veut ressembler à Stallone, sans se nourrir de poisons anabolisants qui gonflent les muscles et détruisent les organes. Même si la transformation est lente, le mieux-être viendra rapidement.Pour ceux qui se trouvent trop vieux, ils seront surpris d’avoir l’impression de rajeunir. Les gens qui leur tournent le dos pour un problème idéologique d’âge maximal ne valent pas la peine d’être fréquentés, ce qui compte ce sont les relations de cœur.

Inutile de choisir quelque chose de dur et de risqué pour votre corps. Le Taï Chi par exemple semble très soft, pourtant il apporte équilibre, souplesse physique et mentale, et peut être pratiqué jusqu’à un âge avancé. Le vélo, la natation, la course à pied, et surtout la marche, sont des activités excellentes pour le cœur. Concernant la musculation pure, méfiez-vous des conseils de ceux qui recherchent un corps de rêve. Il s’agit de leur rêve, pas du vôtre et vous risquez de vous faire mal. La pratique de la musculation demande une véritable démarche personnelle pour avoir des objectifs qui vous correspondent et qui vous évitent les blessures.

Prendre soin de soi… Même les hommes ?

Enfin, prenez l’habitude de prendre soin de vous. Les femmes sont plus avancées que les hommes dans ce domaine, sans doute grâce aux jeux séculaires de la séduction. Mais ici, je ne parle pas de maquillage ou de vêtements mais d’attention à son corps.

À cause de cela, beaucoup de préjugés englobent certains soins dans une “féminisation” qui fait reculer beaucoup d’hommes. Pourtant, prendre soin de son corps c’est aussi être capable de se traiter avec bienveillance. Personne aujourd’hui ne remet en cause l’hygiène nécessaire à une bonne santé et à des relations saines avec les autres.

Le corps d’un homme est aussi réactif et sensuel que celui d’une femme et les attentions qu’on lui apporte sont aussi agréables et génératrices de bien-être. D’autres cultures n’ont pas ces préjugés et ont développé pour les hommes une palette de soins très étendue. S’occuper de l’aspect de son corps, sans obsession, est une bonne habitude pour en prendre soin et savoir comment le traiter et le nourrir.

À notre époque, sans préjugé, un homme peut s’occuper de lui facilement.

Un exemple amusant : des statistiques récentes ont montré que beaucoup d’hommes (48%) se trouvant trop poilus, entretiennent leur toison à la tondeuse, à la crème et au rasoir, voire se font épiler certaines zones en institut. Selon les cas, ce sont les jambes, le dos, les aisselles voire le pubis. Ces pratiques réservées aux gays il y a quelques dizaines d’années sont maintenant courante chez les hétérosexuels et semblent aussi naturelles que d’aller régulièrement chez le coiffeur, d’autant plus que les femmes apprécient cela en général (50,7%)… Bon, ce n’est pas encore le cas de tous les hommes.

En tant que masseur, j’avoue qu’il est techniquement plus facile et agréable de masser un corps peu poilu.

Si la peau d’un homme lui semble rêche ou fragile, les huiles et les crèmes qui nourrissent la peau et la rendent plus douce peuvent être utilisées. Encore une fois, c’est auprès des femmes que beaucoup d’hommes trouveront les meilleurs conseils et il existe maintenant toute une gamme de produits spécifiquement masculins.

Et les massages enfin, offrent le summum du soin corporel de bien-être pour les femmes comme pour les hommes.

Massage énergétique.

Enfin, puisque j’en reviens au massage, celui-ci permet non seulement de prendre soins du corps, mais aussi de l’esprit en redonnant la sensation sensuelle d’exister corporellement, au travers de pratiques qui sont douces, généreuses et dépourvues d’agressivité (en général).
Le massage énergétique particulièrement, comme certains autres massages holistiques ou ayurvédiques (s’ils sont bien réalisés), agit sur tous les aspects du corps et de ses autres incarnations mentales, tels que les corps émotionnel et énergétique. J’ai déjà décrit cela dans des articles précédents.

Ce massage permet une ré-harmonisation de l’ensemble des corps et des fonctions psycho-corporelles.
 Cette harmonisation va permettre au patient de faire fonctionner à nouveau l’ensemble de ses énergies dans un échange naturel entre corps et esprit.

Être conscient de son corps.

Le massage donne une idée palpable de son propre corps, des limites et de la sensibilité de sa peau, de ses muscles et de ses membres. Les hormones du plaisir se déversent sous les caresses des masseurs en redonnant cette sensation d’exister, d’être choyé, de s’abandonner en toute confiance aux soins d’un autre être humain.

Se voir tel qu’on est avec bienveillance.

Cela ne signifie pas qu’un homme trop gros sera content de l’être, ou qu’il va perdre son surplus pondéral durant la séance, cela signifiera qu’il pourra s’accepter et s’aimer pour ce qu’il est, qu’il pourra de nouveau ressentir le plaisir et la sensualité qui sont normalement apportées par des corps en bon équilibre, et se donner les moyens de changer si c’est réellement nécessaire.

Il pourra changer si nécessaire justement parce qu’il se verra tel qu’il est, sans idées fausses, sans penser que son surpoids réel ou imaginaire est un handicap indissociable de lui, et sans penser que le monde le rejette pour cela. Puisque qu’une image fausse de soi-même n’est qu’une construction personnelle, qui n’existe que chez soi, donc pas chez les autres.

C’est toujours magnifique pour quelqu’un d’être capable d’aimer, et de se savoir digne d’amour et de considération. Cela rend meilleur.
Vouloir changer deviendra une action bienveillante et non une expression de rejet de soi, comme une amputation. Cela change tout. Quelqu’un qui se trouve « trop » vieux, s’apercevra qu’il ne l’est pas, qu’il s’accrochait à l’image erronée renvoyée par des gens qui vieilliront eux aussi… et s’il est vraiment âgé, il se rendra compte que sa vie est encore riche et peut lui apporter encore beaucoup de plaisirs.

On vieilli, mais être “trop vieux” est une illusion négative. Sur le plan relatif bien sûr certaines choses ne peuvent plus se faire comme avant, mais de nouvelles surviennent qui continuent d’enrichir la vie. Ceci tant que la maladie ne s’en mêle pas, mais la maladie est invalidante à tout âge.

Si la sexualité ne suit plus, cela n’empêche pas l’amour et l’émotion que l’on ressent à prendre quelqu’un qu’on aime dans ses bras.

Les groupes de personnes qui sélectionnent leurs relations en fonction d’un âge arbitraire, ou d’un aspect physique, paieront un jour où l’autre cet ostracisme en s’acceptant difficilement et en étant eux-mêmes rejetés par ces « amis » qui partageaient leur vision.
 Enfin, n’oubliez pas : on n’est jamais trop vieux, trop gros, trop petit ou trop maigre pour aimer et être aimé. C’est ce trop qui est de trop. C’est valable pour toutes les idées paralysantes qu’on peut avoir sur son physique ou sur ses capacités.

Les seules vraies limites sont celle qu’on s’impose.

À très bientôt…
( Illustration : Homme nu assis, Picasso 1908. )

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*