Le monde d’après

Publié le
Publié dans Massage

Le monde d’après l’épidémie…

N’est pas encore arrivé car l’épidémie n’est pas encore éradiquée. Toutefois, le pic que nous avons connu est heureusement derrière nous et le confinement s’est arrêté.

Quels sont les séquelles ?

J’ai repris mon activité de masseur énergétique depuis le 2 juin et j’ai été surpris de la forte demande de massages qui a rempli mon emploi du temps sur les cinq premières semaines. J’ai eu le plaisir de rencontrer beaucoup de nouvelles personnes, et aussi celui de revoir des clients fidèles faire parfois un déplacement de plusieurs centaines de kilomètres pour me revoir.

Comme d’habitude, je ne dévoile pas ce qui se passe dans mon cabinet ou lors de conversations privées. Mais je peux parler des tendances fortes et des impacts que cette période a provoqués sur le bien-être et la santé de mes clients.

La distanciation.

Cela a été la plus grande source de malaise que j’ai pu observer.
L’énergie bloquée par endroits ou ne circulant que faiblement. Les muscles du dos crispés, les attaches et articulations sonores.

Ces effets étaient présents même chez des personnes qui disaient avoir bien vécu le confinement, à la campagne ou avec un jardin. Les répercussions sur notre santé et notre équilibre se feront sentir sur une longue période, et pas immédiatement pour ceux qui ont eu la chance d’avoir « bien vécu » cette mise à l’écart forcé des relations humaines avec d’autres personnes.

Les personnes assez solitaires ont été touchées aussi. Ce n’est pas parce que l’on évite les gens qu’il est sans conséquence de ne plus en rencontrer. Voir d’autres humains, même sans les aborder ou leur parler, est important pour notre équilibre.

Le contact

Cette mise à l’écart a provoqué chez beaucoup une forme de repli. Un endormissement volontaire des sens physiques et mentaux, comme le toucher et la capacité de parler et d’échanger. Quelques personnes avaient des difficultés à trouver leurs mots alors qu’elles n’avaient jamais eu ce genre de problème avant.

Sur le plan de la libido, pour presque tout le monde, c’était une période d’endormissement. Certains l’ont mal vécu en se demandant pourquoi la sexualité les fuyait brusquement. Puis, le déconfinement a libéré beaucoup de timidité et le besoin de sensualité a explosé. Mon premier mois de travail a été très chargé par des hommes et des femmes qui avaient un besoin irrépressible de contact physique. Le massage a été salvateur pour toutes ces personnes, je voyais l’énergie revivre sous mes mains.

Une évolution du besoin…

Le massage du premier chakra, situé sur le périnée, n’est fait que sur demande ou en cas de réel besoin.
Pourtant, je l’ai dispensé aux trois quart de mes massés, alors que d’habitude c’est plutôt un cinquième.

La demande de massage en naturiste a été presque systématique, sauf pour les femmes dont la moitié a quand même demandé à ce que je sois torse nu, ce qui était rarissime.

…des attitudes…
Les gestes des massés sur moi pendant le massage ont aussi été presque systématiques : caresses du corps, des jambes, des bras et du dos. Ainsi que des recherches de contact plus fort et insistants. Parfois aussi une personne ne lâche plus ma main ou mon bras.

Comme je l’ai souvent répété, ces attitudes ne me dérangent pas tant qu’elles n’interrompent pas le massage, et je les accueille avec d’autant plus de bienveillance dans cette période qui a suivi un confinement difficile et une privation prolongée de contact.
Ces gestes font partie d’un besoin primordial, haptique, de contact et d’intimité. Rejeter cela serait empêcher la personne de retrouver son équilibre, son corps, son mental, sa capacité à vivre avec l’autre. La sensation de rejet serait double. Mais comme d’habitude, il faut savoir le gérer pour empêcher tout débordement.

… et des demandes.
J’ai aussi eu plus de demandes de massage sexuel ou avec finition de la part de nouveaux clients et clientes. Dans ces cas, c’est clair, je refuse le rendez-vous.

D’autres masseurs classiques ou « tantriques » proposent ce genre de prestation, ce n’est pas mon cas. Ce n’est pas par pruderie mais ce n’est pas mon métier et c’est incompatible avec l’action d’harmonisation énergétique qui risque d’être réduite et détruite par la condensation des énergies dans une jouissance sexuelle pendant le massage.

De plus, les personnes demandant cela d’emblée ne viennent que pour le sexe et non pour le massage.

C’est très différent des personnes dont l’attitude évolue sans préméditation durant le massage vers une recherche d’intimité plus forte. L’esprit n’est pas le même et le massage peut revenir s’apaiser pour continuer jusqu’à la fin.

Ces attitudes ou ces nouvelles demandes ont concerné tout le monde. Pas seulement les nouveaux clients mais aussi des clients réguliers qui n’en étaient pas coutumiers. Je pense que cette tendance va continuer.

Les fameux « gestes barrière » qui sont encore indispensables aujourd’hui, réduisent considérablement le contact avec l’autre. Plus de poignée de mains ni d’embrassade. Des visages dissimulés derrière des masques et notre propre visage rendu incapable d’exprimer ses sentiments pour la même raison.

Les proches, amis, famille, intimes et amants se distancient et craignent au moindre contact de transmettre ou d’attraper la maladie. Une maladie nouvelle qui reste encore inconnue pour une bonne part.

Retrouver l’harmonie

C’est mon slogan de massage énergétique. Il n’a jamais été aussi vrai et indispensable. Ma pratique évolue en ce moment vers un massage plus proche encore pour libérer les énergies de mes clients.
Toutefois, les règles n’ont pas changé pour autant, car je ne veux pas forcer la pudeur d’une personne et risquer de la mettre mal à l’aise. Par défaut, ma tenue reste en pantalon, torse nu pour les hommes et débardeur pour les femmes, à moins d’une demande claire de la personne avant le massage.

  • La nudité de la personne massée est préférable mais non obligatoire.
  • Le naturisme ne se fait que sur demande, dans ce cas, il concerne bien sûr masseur et massé.
  • Idem pour les femmes, qui peuvent me demander d’être torse nu.
  • Le massage du 1er chakra est facultatif. Il est fait sur demande, ou seulement si le besoin est important et jamais s’il y a gêne.
  • En cas de gêne, exprimez-le, j’éviterai tout de suite la partie gênante
  • Vous pouvez garder ou retirer votre masque durant le massage, pour ma part, j’enlève le mien : masser m’est impossible avec un masque;

N’hésitez pas à partager vos interrogations, vos malaises ou des demandes particulières. De toutes façons, tout ce qui se dit ou se fait reste confidentiel. Je connais bien le corps et la psyché. Je suis habitué aux attitudes et aux émotions et les vois avec bienveillance. Le contact et l’intimité, la recherche de bien-être sont indissociables de mon métier. Soyez donc totalement détendus et à l’aise et sans crainte de vous exprimer.

Prenez soin de vous.
À bientôt.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*